Suite à la création du groupe de la Gauche Démocratique et Républicaine

Publié le par gac

Suite à la création d'un nouveau groupe à l'Assemblée nationale réunissant verts, communistes, apparentés et députés d'outre-mer de gauche, certains se disent près à une nouvelle formation politique à gauche. Mais faut-il en passer par l'extermination du communisme du 21e siècle ?

Voici des propos significatifs de Noël Mamère (extraits d'un article publié sur son site):

 

 

"..Nous aurions pu rallier le groupe socialiste ; après tout, nous avons été réélus grâce à des accords reconduits avec le PS ... Nous aurions été noyé dans un groupe de plus de 200 députés, sans grande possibilité d’apparition... Nous avons donc choisi le regroupement avec les députés communistes et outre-mer... Les députés communistes ont accepté toutes nos conditions : liberté de conscience et de vote, règlement intérieur contraignant, présidence tournante, partage des responsabilités et des moyens. En soi, c’est un événement et cela, je le sais n’a pas été sans provoquer de vifs débats chez mes amis communistes et apparentés, comme le montre le refus d’André Gérin de participer aux activités du groupe.

 

 

...A l’image de l’Italie, je suis pour une gauche de toutes les couleurs, qui regroupe radicaux, socialistes de toutes obédiences, verts, rouges, alter-mondialistes et écologistes. [pas les communistes??? NDLR]

 

 

...Le PCF est un parti de gauche qui représente une culture, une histoire et des traditions politiques profondément différentes des miennes. Je n’ai jamais été marxiste, de près ou de loin... J’ai conquis la ville de Bègles, dirigé longtemps par un PCF sûr de lui et dominateur, après un affrontement électoral qui m’a marqué. Le PCF, comme le PS, est un parti productiviste de l’ère industrielle qui défend le nucléaire et croit à la religion du progrès et de la croissance, au scientisme et au sens de l’Histoire. Autant de credo qui me sont étrangers. ..Aujourd’hui, ce parti qui forma durant des générations une contre-société composée de centaines de milliers d’ouvriers n’est plus que l’ombre de lui même...

 

 

...Il faut ouvrir un nouvel espoir au coeur de la gauche. Ailleurs ce chemin a été ouvert. Avec Refondazione Communista, les Verts italiens ont permis à la gauche italienne de l’emporter contre Berlusconi. En ce moment même avec cette formation et d’autres, comme la scission de gauche du Parti démocrate, ils réfléchissent à une fédération des gauches, à côté de ce parti ectoplasme qui fusionne centre gauche et centre droit, socialistes et démocrates chrétiens, sous la houlette de Monsieur Prodi. En Catalogne Iniciativa Cataluna Verdes, le parti Vert de la Catalogne est au pouvoir avec les socialistes catalans. C’est aujourd’hui un parti avec plusieurs milliers d’adhérents, des députés, des ministres et un député européen. Il est directement issu de l’ancien PC Catalan, le PSUC qui a su faire sa mue écologiste à travers de multiples scissions. Nous n’en sommes évidemment pas là avec le PCF, l’un des plus vieux partis staliniens d’Europe et je ne parierai pas un euro sur son renouvellement. Mais je n’ai pas d’état d’âme à tenter de construire des passerelles politiques avec tous ceux qui, à gauche, veulent sortir de l’impasse...

 

 

...Je trace mon chemin, libre de discuter avec ceux qui ont rompu dans leur tête et dans leurs pratiques avec les schémas du passé. Avec des hommes et des femmes comme Jacqueline Fraysse, Patrick Braouezec, François Assensi, j’ai mené des années durant des combats en faveur des sans-papiers, des sans droits, des opprimés du monde entier. Je me suis battu avec eux contre le tout sécuritaire de Mr Sarkozy. Je vais continuer avec eux dans ce groupe parlementaire à tracer ce sillon. La refondation de la gauche ne doit pas se réduire à une clause de style, à un bon mot ou à une réunion. Nous devons la mettre en actes, ici et maintenant."

 

 

le texte intégral

http://noelmamere.fr/article.php3?id_article=851

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article