A chacun sa contraception

Publié le

Pas simple de choisir le moyen de contraception qui vous convient vraiment. Entre les méthodes classiques et les nouvelles encore mal connues, faites votre choix, que vous soyez célibataire ou en couple.

 

Selon une étude de juin 2007 de l’institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES), sept Françaises sur dix utilisent un moyen de contraception. Malgré ces chiffres, notre pays bat toujours les records d’interruptions volontaires de grossesse, avec pas moins de 200 000 IVG par an, et ce chiffre est le même depuis trente ans, malgré une offre de contraceptifs qui s’est diversifiée ces dernières années. Étonnant, surtout quand on sait qu’une femme sur deux ayant eu recours à l’IVG utilisait un contraceptif. En cause : la difficulté de gestion au quotidien de la contraception et les différents remboursements de la part de la sécurité sociales.

 

LES GRANDS CLASSIQUES

 

Environ 60 % des femmes utilisent la pilule, 23 % un stérilet et 16 % une autre méthode.

La pilule est souvent utilisée dès l’adolescence jusqu’à la ménopause. Ce moyen de contraception est efficace à 99 %, quand il n’y a pas d’oubli, mais sa prise journalière à heure fixe par voie orale reste pour certaines, surtout les jeunes, aléatoires. Elle est déconseillée aux fumeuses de plus de 30 ans. Le remboursement par la sécurité sociale varie selon les pilules.

Quant au stérilet, gare aux idées fausses, il convient aussi aux femmes qui n’ont jamais eu d’enfants et aux toutes jeunes filles. Celui au cuivre à l’avantage que l’on peut l’oublier pendant dix ans. Si vos règles sont douloureuses et abondantes, celui hormonal sera plus confortable car il minimise ces effets.

Contres les infections sexuellement transmissible, le moyen le plus efficace pour se protéger reste le préservatif qui se conjugue au masculin et au féminin. Bien que ce dernier soit d’utilisation peu pratique pour les femmes et bien plus pratique pour les hommes, il qui risque de mettre un peu de piment dans les couples.

 

LES DERNIERES METHODES

 

Avec l’implant contraceptif, soyez tranquille pendant trois ans ! Il ressemble à un bâtonnet souple en plastique de 4 cm de long sur 2 mm de diamètre. Il contient le même type de substance qu’une pilule progestative. Le médecin l’implante sous la peau du bras à l’aide d’une aiguille spéciale. Une fois en place, l’implant est invisible et indolore. Il est aussi efficace que la pilule pendant trois ans et peut être retiré quand vous le voulez. La pose coute aux alentours de 140 € remboursé seulement 65 % par la sécurité sociale.

Pour celles qui ne veulent pas d’un corps étranger sous leur peau, il existe aussi le patch ! Il se colle sur la peau du ventre, du dos ou les épaules mais surtout pas près d’un sein. Il faut le changer une fois par semaine à jour fixe et ce pendant trois semaines. La quatrième semaine, il ne faut pas en mettre. Cependant, il protège pendant quatre semaines. Le patch diffuse un mélange d’œstrogènes et de progestérone qui pénètre dans le sang à travers la peau. Il n’est pas remboursé par la sécurité sociale et coute 15 € par mois.

Pour une contraception temporaire, l’anneau vaginal est moins contraignant que le patch. Il se glisse facilement au fond du vagin le premier jour des règles et on l’oublie pendant trois semaines. Il s’agit d’un rond flexible qui contient des œstrogènes et des progestatifs, comme une pilule. Très efficace, il a un inconvénient, il risque d’être expulsé lors d’un rapport sexuel ou être gênant pendant l’acte. Il n’est pas remboursé par la sécurité sociale et coute également 15 € par mois.

 

POUR UNE CONTRACEPTION EFFICACE, DE TOUS LES CONFORTS ET DE TOUS LES PLAISIRS

 

EXIGEONS LE REMBOURSEMENT TOTALE DE TOUS LES MOYENS DE CONTRACEPTION

 

Sites utiles

http://www.choisirsacontraception.fr

http://www.contraception.org

http://www.planningfamilial.fr

http://www.inpes.sante.fr
http://www.filsantejeunes.com

Cycle_menstruel.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article