Municipales : le risque d’abstention est fort !

Publié le

Mais à qui la faute ?

 

Depuis l’engouement pour la présidentielle et la lutte médiatisée de Ségo contre Sarko pendant deux ans avant l’élection, on s’étonnerait presque qu’il n’y ait plus de débat politique en France.

 

HA ! Je me trompe ! On fait de la politique puisque depuis le début de l’année 2008, on ne cherche qu’à savoir si de Barack OBAMA ou de Hillary CLINTON lequel des deux remportera les primaires démocrates aux Etats-Unis. Des primaires qui finiront vers le début de l’été, mais qui sont d’une grande actualité.

 

Pour le débat politique en France on se référera au mariage du président, le pseudo SMS de Cécilia ou à l’affaire de la campagne Neuilly qui n’en fini pas de mêler le fils cadet du président Jean, le poulain de l’Elysée Martinon et le « sarkoziste » indépendant Jean-Christophe Fromantin.

 

Mais en réalité il y a une grande crise de la politique en France toutes les lignes se brouillent, les Lepenistes votent Sarkozy, la droite se divise, le centre se divise, le PS tante ici ou la des rapprochements avec parfois plus le Modem, parfois les Verts, parfois les Communistes. Les Verts qui ne savent plus quoi faire si rester à la botte du PS ou prendre le grand large pour de petites aventures solitaires.

 

Les communistes débataient ce week-end en Conseil national de leur participation à des listes de « gauche » de rassemblement ou figurait des représentants du Modem comme à Grenoble. La décision prise maintient qu’il faut continuer la bataille contre la droite et que les choses ne sont pas simples. Alors il ne faut pas être simpliste.

 

Le paysage politique en France n’est pas brillant. Et il faudrait que le parti communiste continue à faire de la politique comme il le fait en défendant l’idée que tout le monde à le droit de vivre bien et pas que les plus riches. La bataille se fait actuellement sur l’École, le Logement et l’aide aux associations des questions où l’intervention des communes est importante. Mais aussi sur d’autres sujets comme la Santé, l’Emploi ou la Sécurité.

 

Dans cette bataille certains ne veulent pas admettre que c’est seulement avec un parti politique organisé et proche de la population, qui se bat avec elle et pour elle que l’on pourra continuer à mieux nous défendre contre les attaques des détenteurs du pouvoir financier et économique.

 

La LCR a eu un choix stratégique de parti qui a payé lors de la présidentielle cela lui semble plus compliqué pour les municipales. Quant à LO, l’organisation de Laguiller joue la carte du copinage avec la gauche gouvernementale pour être assuré d’avoir des élus.

 

Dans tout cela beaucoup de maires sortants vont être favorisés par le bilan de leur activité, s’ils en ont un. Et surtout sur leur capacité à repartir de l'avant sur de nouveaux projets. Sarkozy a raté la nationalisation du débat et son dévissage de popularité l’a éloigné des médias qui le chérissaient tant, lui enlevant du coup une marge de manœuvre importante.

 

Le débat sur le pouvoir d’achat qui est une préoccupation de la majeure partie de la population a disparu des médias. Et la ratification du nouveau traité européen qui reprend les grandes lignes de la Constitution européenne, que Français et Néerlandais ont rejeté, n'a pas été vraiment au centre de l'actualité. C'est le moins que l'on puisse dire.

 

Et dans tout cela, c’est le parti socialiste qui s’en sort le mieux.

Pour Delanoë, la municipale lui semble déjà acquise à Paris où Panafieu ne réussi pas la percée qu’elle espérait.

Le risque plane quant à lui sur Bordeaux et Marseille ou l’UMP le parti du président Sarkozy laisserait la place à des listes mené par le PS.

 

A croire qu’en France tous les 5 ans les électeurs votent à droite pour la présidentielle et les législatives. Alors que pour les élections intermédiaires ils votent à gauche.

Publié dans Elections 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

matteo 13/02/2008 23:20

que serait la france si neuilly n'était pas à droite et bagnolet pas communiste !